Sujet d’entrainement DEAES DC1 : le corrigé détaillé

Corrigé du sujet d’entrainement au DC1 du DEAES

La semaine dernière, nous avons publié un sujet d’entraînement type au Domaine de Compétence 1 du Diplôme d’État d’Accompagnant Éducatif et Social. Le sujet était centré sur la connaissance des grandes lois, des politiques publiques et des règlementations du secteur social, médico-social et éducatif.

 
Voici le corrigé détaillé !

 

Corrigé du sujet d’entraînement

 
Nous rappelons le sujet :

Madame CARPENTIER vit toujours chez elle malgré son grand âge. A 92 ans, elle fait toujours ses courses et reçoit régulièrement ses amies pour jouer au bridge. Mais c’est son aide à domicile qui se charge du ménage et de la préparation de ses repas.

Elle a bien quelques difficultés pour marcher, mais rien ne l’empêche de rendre visite chaque semaine à son petit-fils et voir ses 3 arrière-petits-enfants. Un soir, de retour chez elle après avoir fêté l’anniversaire de la petite dernière, elle est renversée par un camion. Bilan : trois côtes fêlées, et bassin fracturé. Le médecin lui annonce qu’elle ne pourra plus marcher et devra se déplacer en fauteuil roulant.

Pour l’heure, elle doit demeurer alitée pendant au moins 6 mois. Elle demande à son fils cadet de lui trouver un établissement pour personnes âgées dépendantes près de chez lui et de se renseigner sur les aides dont elle pourra bénéficier.

 
Question 1 : Pouvez-vous préciser le nom (sigle et libellé complet) de ce type de structures ?
EHPAD : Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes

 
Question 2 : Pouvez-vous indiquer le titre exact et la date de la loi régissant les établissements sociaux et médico-sociaux ?
Loi n° 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale

Cette loi a été créée pour améliorer le fonctionnement des structures sociales et médico-sociales d’un point de vue qualitatif, tant dans leur organisation que pour le bien-être des usagers de ces établissements.

Pour ce faire, elle a d’une part exigé une plus grande transparence dans le pilotage de chaque organisme et une procédure d’autoévaluation quinquennale. D’autre part, elle a listé les différents droits des résidents et prévu différents outils. Citons à titre d’exemple le droit au respect de la dignité, de l’intégrité, de la vie privée, de l’intimité et de la sécurité, le livret d’accueil, le contrat de séjour, le Conseil de Vie Sociale.

 
Question 3 : Pouvez-vous expliquer comment sera financée la maison de retraite médicalisée qu’a choisi Monsieur CARPENTIER pour sa mère, et ce qui restera à sa charge ?

Les EHPAD sont financés par trois tarifs :

  • Le tarif soin, pris en charge en totalité par l’Assurance Maladie : il comprend les frais de santé – y compris le matériel médical – et les interventions du personnel soignant ;
  • Le tarif dépendance, éventuellement pris en charge partiellement par l’APA : il correspond à l’aide à la toilette, aux déplacements, à la prise des médicaments, à la prise des repas, etc. ;
  • Le tarif hébergement, le cas échéant pris en charge en partie par l’une des trois aides au logement : il intègre la mise à disposition d’une chambre (individuelle ou double) avec accès à une salle de bain et des toilettes, la fourniture des repas, l’entretien et le nettoyage des parties privées et communes, le blanchissage, l’animation et les frais administratifs.
  •  

Les trois aides mentionnées dans le tarif hébergement (qu’il n’était pas nécessaire d’indiquer dans votre réponse) sont :

  • APL (Aide Personnalisée au Logement) ;
  • ALS (Allocation de Logement à caractère Social) ;
  • ASH (Aide Sociale à l’Hébergement).

 
Question 4 : Pouvez-vous citer le nom (sigle et libellé complet) de l’aide sociale à laquelle elle pourra prétendre du fait de son handicap, et sur quels critères elle sera attribuée ?

APA : Allocation Personnalisée d’Autonomie

Elle est versée à toute personne de plus de 60 ans ayant perdu tout ou partie de son autonomie, à condition qu’elle (ou un proche ou un membre du personnel) en fasse la demande.

Une participation financière sera laissée à sa charge. Celle-ci sera déterminée en fonction de ses ressources et de son degré de dépendance, lui-même mesuré par le groupe GIR. Précisons (ce qui n’était pas demandé dans la question) que chaque GIR apprécie l’incapacité du résident à réaliser seul un ou plusieurs actes de la vie quotidienne.

 
 

Vous avez apprécié(e) ? Faites-le savoir en partageant !